Communication non verbale en entretien, un paramètre qui peut faire la différence

Communication non verbale en entretien, un paramètre qui peut faire la différence


La préparation à un entretien d’embauche consiste souvent à élaborer un discours en adéquation avec le poste concerné. Au-delà du discours, la gestuelle a toute son importance et vient compléter la parole de manière indissociable. Par ailleurs, si certains candidats arrivent à dissimuler quelques points gênants concernant leur parcours ou leur personnalité ou même à mentir sur leur profil professionnel, il s’avère beaucoup plus difficile de tromper son interlocuteur avec un regard ou un comportement, à moins d’être très bon comédien.

Lorsque plusieurs profils suscitent le même intérêt, le recruteur doit trouver des éléments qui lui permettront de trancher et de choisir une seule et unique personne pour occuper le poste. Ces éléments découlent tout simplement de l’image que dégage chaque candidat, des sentiments qu’il inspire, du tempérament qu’il laisse entrevoir durant le court laps de temps qui lui est consacré. Et son tempérament sera traduit par son attitude lors de l’entretien, c’est pourquoi la communication non verbale est un point capital lors d’un entretien d’embauche.

Puisque l’«on n’a qu’une seule chance de faire une première bonne impression», autant mettre toutes les chances de votre côté afin d’obtenir le poste que vous convoitez. Voici une série de conseils relatifs à la gestuelle que vous pouvez adopter lors de vos entretiens.


La prise de contact

Dès votre arrivée, le premier contact est généralement la poignée de main. Regardez la personne dans les yeux et serrez lui la main de façon ferme et énergique, sans être trop brutal ni trop mou, de façon à illustrer votre dynamisme et votre envie d’être là.

 

La posture

Votre posture est importante, au même titre que votre façon de bouger. Un candidat qui se tient droit et qui ne s’agite pas outre mesure dégage une certaine sérénité et rassurera le recruteur. Montrez que vous êtes à l’aise, tout en marquant une certaine distance : gardez toujours à l’esprit que vous vous trouvez dans un contexte professionnel, même si votre interlocuteur, lui, peut se montrer très familier. De la même façon, installez-vous de façon à vous sentir bien pour échanger avec lui et au besoin lui montrer des documents que vous auriez apporté, sans pour autant envahir le bureau et empiéter sur l’espace de votre recruteur. Abordons à présent la mobilité de votre corps. Moins vous serez à l’aise et plus votre corps sera rigide. Afin de transmettre un sentiment la sérénité, il est donc important d’être mobile. Concrètement, votre corps doit suivre le rythme et l’intonation de vos paroles, tout en restant bien sûr dans la subtilité, il ne s’agit pas d’en faire trop. Votre mobilité traduira également votre spontanéité ainsi que votre sincérité, et c’est ce qu’un recruteur recherche.

 

 

La gestuelle

Soyez calme, sans pour autant être nonchalant. Gardez à l’esprit qu’il se peut que le recruteur ait enchainé plusieurs entretiens à la suite, un exercice assez difficile, vous devez donc réussir à retenir toute son attention, il ne doit pas s’endormir en vous écoutant ! Vous devez montrer que vous êtes vivant et détendu ! A l’inverse, attention aux gestes trop répétés, qui pourraient traduire de la nervosité ou même agacer votre interlocuteur. Par ailleurs, le fait de croiser les bras peut être interprété comme un geste défensif, qui représente l’attitude de quelqu’un de renfermé sur lui-même, peu ouvert sur l’extérieur. Vos mains, quant à elles, doivent rester visibles et légèrement mobiles, afin d’illustrer vos paroles.


Le regard 

Il est important de regarder dans les yeux votre interlocuteur, sans le fixer avec insistance évidemment. Un regard fuyant montrerait que vous êtes mal à l’aise, que vous n’assumez pas vos propos, voire même que vous mentez sur votre discours. Si vous avez plusieurs interlocuteurs face à vous, veillez à regarder chacun d’entre eux à tour de rôle, sans privilégier l’un au détriment de l’autre.


Le sourire

Un recruteur est avant tout un être humain, qui, sauf si vous êtes extrêmement malchanceux, appréciera forcément davantage d’échanger avec quelqu’un de souriant et ouvert à la discussion. Votre sourire va éclairer votre visage et montrera que vous être heureux de rencontrer votre potentiel futur responsable, que vous avez envie de travailler où vous vous trouvez. L’atmosphère n’en sera que plus sereine et plus agréable. Tachez donc de sourire naturellement et de ne pas vous crisper, d’autant plus que votre sourire traduira également votre motivation et votre enthousiasme.


Les jambes

Croisées, étendues, parallèles, en angle droit, entortillées… Nous ne rentrerons pas ici dans des interprétations plus ou moins hasardeuses, l’idée étant, comme pour d’autres parties de votre corps citées en amont, de montrer que vous êtes à l’aise, sans pour autant paraitre trop décontracté. Ne prenez donc pas trop de place en étendant vos jambes, par exemple, ou n’adoptez pas de positions inappropriées.


En clair, il doit y avoir, lors de vos entretiens, une cohérence entre vos paroles et votre corps, en d’autres termes, entre ce que vous dites et ce que vous montrez, et de fait, ce que vous pensez.


Pour conclure, l’infographie qui suit illustre les dix pires erreurs que les candidats peuvent commettre, du point de vue des recruteurs, selon un sondage de CareerBuilder France de 2015. (Source)

 

 

Crédits images :
www.fotolia.com
www.entreprendre.fr/langage-corporel-le-top-10-des-erreurs-selon-les-recruteurs

Notez cet article:

Sur le même sujet:

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
samedi 21 octobre 2017
Si vous souhaitez vous inscrire, veuillez saisir un nom d'utilisateur, mot de passe et nom.

Les + consultés

  Depuis quelques années, le burn-out et le bore-out marquent le paysage du monde du travail et illustrent un certain mal-être professionnel. Le dernier né de la famille des maux liés au travail ...
KPMG s’est associé à la FPF (association professionnelle Financement Participatif France) pour réaliser l’édition 2017 du baromètre de la finance participative en France. ...
 Demander une augmentation nécessite un peu de préparation, voici quelques conseils pour se lancer !
Tendance durable : des évènements pour recruter !Pour de nombreuses entreprises, l’évènementiel est un nouveau canal de recrutement qui offrent une multitude d’avantages. ...
Depuis le 1er janvier 2017, la Finlande teste l'allocation universelle et devient le premier pays européen à lancer cette initiative.

S'abonner à notre newsletter