Le brown-out, la nouvelle pathologie liée au mal-être professionnel

Le brown-out, la nouvelle pathologie liée au mal-être professionnel

 

Depuis quelques années, le burn-out et le bore-out marquent le paysage du monde du travail et illustrent un certain mal-être professionnel. Le dernier né de la famille des maux liés au travail est le brown-out.


Quelques définitions…

Le burn-out

Le burn-out est une pathologie qui fait référence à un épuisement physique et psychologique lié à une surcharge de travail. Cet épuisement professionnel est le résultat de divers sources de mal-être comme la forte pression, les objectifs difficiles à atteindre, la surcharge de travail et entrainent un affaiblissement physique accompagné de troubles émotionnels.

Le bore-out

Le bore-out, quant à lui, désigne un syndrome d'épuisement professionnel par l'ennui. La perte de l’estime de soi, le manque d’autosatisfaction et d’épanouissement peuvent accentuer cet état. Les symptômes sont semblables à ceux du burn-out, avec l’apparition de troubles physiques et de maladies (crises d'épilepsie, vertiges, tremblements), de perte de mémoire, de fatigue.

Désormais, l'article L.4121-1 du Code du travail précise que l'employeur doit prendre "les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs". Cependant, ces maladies psychiques d’origine professionnelle n'ont pour le moment pas été inscrites dans les tableaux des maladies professionnelles, leur reconnaissance en tant que maladies professionnelles n'est donc pas automatique.

Le brown-out

Le brown-out désigne le syndrome de la perte de sens au travail. Le terme puise ses origines dans l’expression anglaise utilisée dans le domaine de l’électricité et qui désigne une baisse volontaire ou non de l’intensité pour éviter la surchauffe.

Le phénomène du brown-out se matérialise par un épuisement physique et/ou mental dû à la réalisation de tâches aberrantes, dépourvues de sens du point de vue du collaborateur. Celui-ci, loin d’être démotivé, cherche plutôt à bien faire, à donner du sens à son travail et à trouver sa place au sein de l’entreprise.

Ce syndrome touche généralement les personnes qui accordent de l’importance aux valeurs, à l’éthique et au développement personnel.

Le brown-out se traduit alors par une « démission » mentale qui amène le collaborateur à perdre tout engagement et toute volonté de fournir un travail de qualité.


Concrètement, comment se manifeste le brown-out ?


Parmi les comportements et sentiments types liés au phénomène du brown-out, nous retrouvons notamment le fait de :

  • Perdre l’intérêt pour son travail et manquer de stimulation intellectuelle
  • Se sentir dépassé, avoir l’impression d’en avoir toujours plus à faire
  • Avoir un point de vue plutôt pessimiste lors des prises de décisions importantes
  • S’engager le moins possible, notamment lors de réunions
  • Manquer de motivation quant à l’évolution de sa carrière
  • Consulter sa boite mail le matin au réveil, le soir avant d’aller dormir et le week-end
  • Ne pas se sentir en forme, être fatigué


Le brown-out se fait également ressentir dans la vie personnelle, avec une baisse d’intérêt pour sa famille et ses amis. Un manque de motivation, notamment pour les activités sportives et pour adopter un mode de vie équilibré (sommeil, alimentation) est également typique de ce syndrome. Une attitude passive et une humeur plus facilement irritable en découlent parfois.


Les causes possibles du brown-out


Une des causes les plus probables est tout simplement celle d’une erreur de recrutement. Si le collaborateur occupe un poste qu’il ne lui convient pas, comment pourrait-il s’épanouir et donner du sens à ses missions ? Trouver un travail à tout prix est donc une solution qui peut se révéler problématique sur le long terme, si le poste qu’il exerce n’est pas celui qui lui correspond.

Le brown-out peut également être dû à une mauvaise hygiène de vie. La fatigue, le manque d’activités physiques ou de loisirs en général, l’omniprésence du numérique sont des facteurs aggravants.

Par ailleurs, le brown-out peut être lié à des mutations purement liées au travail. En effet, de nombreuses transformations sont envisageables au cours d’une carrière, et ces changements, qu’ils soient par exemple d’ordre commercial ou managérial, peuvent perturber les collaborateurs qui s’éloignent de leur expertise technique et de leur cœur de métier.


Quelques conseils pour éviter le brown-out


Dans un premier temps, il est essentiel d’être transparent lors de l’embauche au sujet des missions qui seront attribuées au futur collaborateur. Il doit pouvoir se faire une idée claire et précise de la fonction qu’il devra occuper, ce qui lui permet de savoir si le poste lui correspond ou non.

Lorsque le poste est soumis à une réévaluation quelques temps après la prise de fonction du collaborateur, il convient de vérifier son adéquation avec les nouvelles missions qu'il aura à effectuer.

La communication avec les RH et les managers joue alors un rôle essentiel. Grâce au dialogue et au suivi des collaborateurs, ils sont en mesure de détecter les premiers symptômes du brown-out pour agir avant qu’il ne soit trop tard et leur redonner de la motivation.

Tout ce qui relève du participatif, c’est-à-dire l’implication et l’engagement, agit également en faveur du bien-être et de la responsabilisation du salarié, et écarte les menaces liées au brown-out. Les collaborateurs doivent donc être incités à participer à la stratégie de leur entreprise, à exprimer leurs idées, à faire part de leurs remarques, à faire des propositions, etc.

Lorsque l’inadéquation entre le salarié et le poste devient trop évidente, la mobilité, qu’elle soit verticale ou bien horizontale, devient indispensable. Ainsi, le salarié tourne une page de sa carrière pour donner un nouveau sens à son quotidien dans l’entreprise et s’orienter vers de nouvelles perspectives. Si la mobilité interne n’est pas possible ou bien n’est pas souhaitée, une décision plus radicale s’impose parfois, à savoir un changement d’entreprise.

Enfin, la routine étant un élément très favorable à l’apparition du brown-out, préférez le changement et la stimulation par de nouveaux challenges.

 

Notez cet article:

Sur le même sujet:

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
lundi 21 août 2017
Si vous souhaitez vous inscrire, veuillez saisir un nom d'utilisateur, mot de passe et nom.

Les + consultés

  Depuis quelques années, le burn-out et le bore-out marquent le paysage du monde du travail et illustrent un certain mal-être professionnel. Le dernier né de la famille des maux liés au travail ...
KPMG s’est associé à la FPF (association professionnelle Financement Participatif France) pour réaliser l’édition 2017 du baromètre de la finance participative en France. ...
Tendance durable : des évènements pour recruter !Pour de nombreuses entreprises, l’évènementiel est un nouveau canal de recrutement qui offrent une multitude d’avantages. ...
 Demander une augmentation nécessite un peu de préparation, voici quelques conseils pour se lancer !
Depuis le 1er janvier 2017, la Finlande teste l'allocation universelle et devient le premier pays européen à lancer cette initiative.

S'abonner à notre newsletter